Ce site utilise des cookies, en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.

lundi, 17 septembre 2018 12:12

Sociétés coopératives, Traitants, Exportateurs et Transformateurs agréés de la filière cacao: Quelle certification agricole leur correspond le mieux? Spécial

Évaluer cet élément
(3 Votes)
Agriculture durable en Côte d'Ivoire Agriculture durable en Côte d'Ivoire Amd agro services

Nous poursuivons notre série d’articles sur l’agriculture durable en Côte d’ivoire par une analyse des certifications agricoles présentes dans la filière cacao en établissant une correspondance entre elles et les principaux acteurs de la chaîne de valeur : sociétés coopératives, traitants, sociétés exportatrices (traders) et transformateurs (industriels). Notre analyse se résume en trois (3) principaux points:

  • Premièrement, nous définirons la certification et la labellisation agricole ;
  • Ensuite, nous expliquerons pourquoi notre analyse se porte sur la filière cacao en CI ;
  • Enfin, nous terminerons en  établissant une corrélation entre sociétés coopératives, traitants, exportateurs et usiniers agréés et les certifications agricoles qui leur correspondent le mieux en termes de gains ou de bénéfices.

Comment définirons-nous la certification et la labellisation agricole ?

Nous reconduisons les définitions proposées dans notre précédent article intitulé : Enjeux Agriculture durable vs Enjeux Certification agricole (vous pouvez lire l’article à partir de ce lien).

La certification se définit comme  une procédure destinée à faire valider par un organisme indépendant (organisme de certification), le respect d’un cahier des charges (normes de certification) d'une organisation tierce par une entreprise. C'est un processus d'évaluation de la conformité (ou contrôle des points de conformité) qui aboutit à l'assurance écrite qu'un produit, une organisation ou une personne répond à certaines exigences ou critères de conformité.

La labellisation fait partie de la procédure de certification agricole. Elle est l’étape finale ou définitive de vérification de la conformité d’une entité (personne physique ou morale) à une norme de certification. Un label de certification est décerné à l’entité certifiée par le vérificateur. Le label est une marque ou un symbole qui indique la conformité d’une entreprise à une norme (de certification). Il est un outil de communication au sein de la chaîne de valeur entre vendeur et acheteur (ou consommateur final).

 

Pourquoi notre analyse se focalise-t-elle sur la filière cacao en CI ?

Il est reconnu depuis plusieurs décennies le rôle prépondérant qu’occupe le cacao dans l’économie ivoirienne en raison de l’importance des recettes issues de ses exportations en produits bruts ou transformés. Nonobstant ce fait, notre analyse se focalise sur cette filière eu égard à son passé de filière pionnière dans l’implémentation des normes et/ou critères de certifications ; et de l’importance des acteurs impliqués dans les différentes étapes d’obtention des certifications agricoles qui sont plus nombreux dans la filière cacao que dans l’ensemble de toutes les autres filières réunies.

 

Quelle certification agricole correspond le mieux aux sociétés coopératives, traitants agréés, exportateurs et usiniers agréés ?

Pour répondre à cette question, nous nous baserons sur les principes et les normes qui ont fondé la naissance des certifications agricoles présentes dans la filière cacao ivoirienne. Ainsi, nous avons :

  • Les certifications UTZ / RAIN FOREST ALLIANCE (RA)

Ces deux certifications sont orientées vers le respect de normes sociales et environnementales contenues dans les législations nationales et internationales. Elles ont pour mérite de prôner le respect de critères obligatoires en matière sociale (droit social et du travail) et de protection de l’environnement à tous les niveaux des chaînes de valeurs production – commercialisation – transformation par les différents acteurs. Ces critères sont plus souvent contraignants et parfois difficilement compréhensibles par les producteurs la plupart illettrés qui éprouvent des difficultés à respecter ces normes d’une saison à une autre. Par contre, ces normes paraissent moins contraignantes pour les négociants et les transformateurs qui les combinent plus aisément avec leur politique RSE. Ces deux certifications sont plus appréciées par les industriels et les traders. Les sociétés coopératives sont parfois contraintes par ces derniers (qui sont leurs clients naturels) de remplir correctement toutes les diligences pour l’obtention de ces deux labels pour bénéficier de contrats de livraisons certifiées « UTZ/RA » bien plus avantageux que les livraisons de cacao conventionnel. Ces deux certifications correspondent aux négociants et transformateurs agréés de la filière cacao en Côte d’ivoire qui les ont totalement adoptés. Elles ont annoncé leur fusion en une seule certification UTZ/RA à partir du 1er janvier 2019.

 

  • La certification « Fair Trade » ou Commerce équitable

« Fair » (mot anglais) signifie équité ou juste et « Trade » (mot anglais) signifie commerce. Traduit littéralement « Fair Trade » pourrait signifier rendre le commerce juste ou équitable. Cette certification a pour idéologie de rendre les échanges commerciaux entre les petits producteurs et les grands distributeurs, négociants et transformateurs de matières premières agricoles, plus justes et plus équitables. Elle a pour mérite de prôner le respect de critères obligatoires en matière de relations commerciales (équitables) entre les sociétés coopératives de producteurs et les négociants et transformateurs avec lesquels elles sont en relation d’affaires. Le commerce équitable va plus loin en imposant un prix minimum garanti aux producteurs indépendant du marché boursier. Les négociants et transformateurs de cacao ont obligation de ne pas payer en-dessous de ce prix minimum garanti (2000 $/tonne) aux sociétés coopératives de producteurs même lorsque les conditions du marché boursier ne le permettent pas.

Cette certification n’est pas très appréciée par les négociants et transformateurs de cacao qui la jugent très contraignante. De plus, elle restreint les immixtions ou interventions de ces derniers dans l’obtention du label par les sociétés coopératives. Elle est plus appréciée par les sociétés coopératives, à qui elle procure certaines prérogatives telles que l’obligation par les négociants et transformateurs de leur payer une prime fixe de 200 $/tonne.

 

  • La certification Agriculture Biologique ou Bio

Cette certification est essentiellement fondée sur le respect obligatoire de certaines normes de protection de l’environnement dans les pratiques culturales. Elle ne prend en compte ni le respect des normes sociales, ni le respect d’un prix minimum garanti. Très peu répandue en Côte d’ivoire, l’on retrouve néanmoins plusieurs de ses normes dans les certifications UTZ/RA et Commerce équitable.

En conclusion, on pourrait dire (au regard de ce qui précède) que les certifications UTZ/RA correspondent le mieux aux négociants et transformateurs de la filière cacao ivoirienne ; tandis que la certification Commerce équitable répond le mieux au besoin de garantir une richesse plus stable aux sociétés coopératives. Mais le dire ainsi, ce serait faire une analyse trop simpliste de la réalité des faits. Il est important de relever que l’obtention d’une certification qu’elle soit UTZ/RA, Commerce équitable ou Bio ne garantit pas forcément à son détenteur la disponibilité d’un contrat de livraisons de produits certifiés ou d’un marché immédiatement. Ceci n’est que la première étape. Il faut ensuite aller chercher des marchés ou des contrats de livraisons qui sont le plus souvent en Europe et en Amérique. Et en la matière, les sociétés coopératives (même détentrices d’un agrément d’exportation) ne sont pas aussi outillées que les négociants et les transformateurs agréés qui bénéficient de réseaux plus importants.

À quand le véritable coup de pouce du Conseil Café-Cacao pour inverser cette donne ?

 

Steve D.

Lu 2768 fois Dernière modification le mardi, 12 février 2019 16:57
Plus dans cette catégorie : « Filière coton anacarde

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

ACTUALITÉS

SUIVEZ-NOUS

Retrouvez-nous sur nos différents réseaux sociaux

F icon   link icon   Twit icon   you icon

frarendees